Projet d'établissement

  1. Considérations générales
  • Les projets d’établissements résultent d’une consultation entreprise par les directions d’école auprès des membres du personnel enseignant .
  • Un projet d’établissement n’est pas le constat de ce qui se pratique déjà. Au contraire, il permet à l’équipe éducative de se projeter dans l’avenir en se regroupant autour d’un projet fédérateur .
  • Ils reflètent une ou plusieurs priorités des différentes implantations et bien évidemment, n’excluent pas toutes les activités habituelles d’acquisition du savoir .
  • Le projet d’établissement fédère l’ensemble de l’équipe éducative autour de choix pédagogiques et d’actions concrètes. Mais il n’est pas à lui seul la vie de toute l’école. Rien n’empêche que coexistent d’autres projets plus ponctuels.

1. Contexte géographique, social et culturel de l’école

L’école est située dans le centre ville et jouit de la sorte de multiples possibilités d’ouverture sur l’extérieur (bibliothèques, musées, conservatoire,…)

Les enfants proviennent principalement de familles dont les parents travaillent non loin de l’établissement. Pour moitié, ces enfants sont issus de milieux relativement favorisés, tant socialement que culturellement. Les familles monoparentales font partie intégrante du cadre scolaire.

2. Justification du projet

Le projet d’établissement suggéré tient compte à la fois des projets éducatif et pédagogique du réseau et du pouvoir organisateur, en ce sens qu’il vise l’épanouissement personnel de l’enfant, sa socialisation, le développement de la solidarité, de même que l’accession à plus d’autonomie.

Pour le réseau officiel subventionné, réussir l’école, c’est réussir l’enfant citoyen dans sa vie d’aujourd’hui, …et de demain. C’est également l’objectif que se fixe l’équipe éducative.

A l’issue de sa réflexion autour du projet d’établissement, l’équipe compte favoriser la mise en place d’actions concrètes afin d’aider l’élève à devenir un citoyen responsable.

Le projet suggéré encouragera l’élève à s’exercer à la construction d’une société démocratique à travers l’organisation de lieux, de temps, et de moyens de prise de parole. Il sera également source de nombreux autres projets

Au total, trois axes prioritaires se dégagent parmi les multiples actions déjà entreprises ou à venir dans l’école :

  • Initier les élèves au fonctionnement d’une société démocratique .
  • Promouvoir la maîtrise de la langue, de l’enseignement l’une des clefs de l’accès à l’autonomie, en développant la continuité des apprentissages dans le savoir-écouter, savoir-lire, savoir-écrire (voir point 4)
  • Favoriser une ouverture sur le monde en initiant les élèves à l’utilisation des nouvelles technologies et à l’apprentissage d’une seconde langue.

3. Les choix pédagogiques

Le projet suggéré s’appuiera essentiellement sur une organisation en degrés et en cycles (par des travaux d’ateliers pour le niveau 5-8 ans).

Un travail en parallèle sera effectué au niveau des classes de première, deuxième, troisième et quatrième années primaires.

Un co-titulariat est organisé pour les cinquième et sixième années.

La concertation entre les membres de l’équipe est très présente.

Diverses pédagogies seront utilisées selon l’action développée ; néanmoins, la pédagogie du projet et la pédagogie différenciée seront privilégiées.

Quant à l’évaluation, l’équipe éducative l’envisage essentiellement sur un mode formatif ou diagnostique. La volonté des uns et des autres est de réajuster le projet sur base des résultats obtenus.

En ce qui concerne les savoirs, savoir être et savoir faire, l’évaluation sera certificative en fin de 6ème année primaire. Les élèves participent à un examen cantonal en vue de l’obtention du CEB (certificat d’études de base).

  1. Réalisation des actions concrètes

Les démarches

Chaque début d’année scolaire :

  • Organisation de l’école en concertation.
  • En concertation, également, mise en place du projet d’apprentissage précoce d’une seconde langue, le néerlandais.

Pendant l’année scolaire :

  • Organisation de réunions d’échanges et de discussions avec des intervenants internes ou externes ;
  • Réunion d’équipes afin de préparer les activités de promotion de la langue

de l’enseignement ;

  • Participation et élaboration de nombreux projets à caractère pédagogique.
  • Préparation d’activités afin de permettre aux différents groupes l’utilisation des nouvelles technologies.
  • Concertation des différentes personnes impliquées dans le projet d’apprentissage précoce d’une seconde langue, afin de permettre la meilleure coordination des actions.

Les moyens

  • Séances de concertation entre enseignants, mise en place du projet d’apprentissage précoce d’une seconde langue, le néerlandais ;
  • Formation en site dans le cadre de la cyberécole ou en collaboration des animateurs de l’Union des Villes et des Communes (U.V.C.B.)ou du Creccide.
  • La construction du site internet de l’école ;
  • Formations individuelles suivies d’échanges lors des concertations ;
  • L’expérience d’apprentissage précoce réalisée durant les quatre dernières années scolaires au DS maternelle et aux classes primaires sera maintenue.
  • La correspondance scolaire est à amplifier, si les moyens techniques le permettent, des échanges entre écoles seront organisés.
  • Organisation d’animation autour du conte grâce à la contribution des Affaires culturelles du Hainaut, et la bibliothèque de la ville ;
  • Collaboration de la bibliothèque centrale de la ville au travail autour du livre ;
  • Des abonnements à des revues à caractère pédagogique sont proposés aux différentes classes ;
  • Participation au projet « Amélioration des midis de l’école » ;
  • Mise sur pied d’activités libres, pendant la récréation de midis ;
  • Appel à des personnes ressources pour la mise en place et la réalisation de projets ; (ex : Les Rolandins, le Dynamusée, académie de musique, académie des langues…) ;
  • Recherche d’un partenariat local pour l’organisation de jeux dans la cour

de récréation ; (Ecoles normales, services de prévention,…) ;

Les échéances

  • La charte des délégués sera réactualisée, au besoin, en juin de chaque année .
  • Le règlement de l’école existe ; il sera également réactualisé chaque année, selon les besoins .
  • L’amélioration des lieux communs aura un échéancier variable selon les thèmes .
  • Dans chaque classe, à partir de la dernière maternelle, la possibilité est donnée aux enfants d’utiliser l’ordinateur comme outil .
  • Les conteurs sont attendus dans l’école de décembre à mai, chaque année .
  • La chorale est opérationnelle, elle se produira en concert dans l’école, en

décembre et en mars, avec invitation aux parents .

La journée portes - ouvertes de l’école est programmée chaque année en mars, elle s’intègre ainsi dans le folklore du quartier.

  • L’acceptation du projet d’apprentissage précoce et la désignation d’un professeur spécialisé permettent la mise en place du projet d’apprentissage précoce.

5. Evaluation du projet

Pour évaluer le projet, la « fluidité » des mouvements de communications ascendants, descendants et mutuels (entre élèves,enseignants, direction et parents) sera prise en considération :

  • La liaison entre les élèves de l’école et le conseil communal des enfants de la ville, par le biais des délégués élus est un moyen d’ouverture vers l’extérieur et permet de traduire le souhait des enfants à l’échelon supérieur.
  • Les parents sont invités plusieurs fois par an à donner leur avis et à faire le bilan de la vie de l’école.(réunions parents - enseignants, portes ouvertes…).
  • Les activités proposées lors de la journée portes ouvertes permettent de montrer les acquis des élèves dans différents domaines.


065/56116

Le projet peut être téléchargé au format pdf. ici Retour à l'accueil